François Hollande prend son premier déjeuner d'ancien président dans un restaurant tunisien

Emmanuel Macron à Paris le 13 mai 2017- CHARLY TRIBALLEAU- AFP

Emmanuel Macron à Paris le 13 mai 2017 CHARLY TRIBALLEAU

Il a rappelé qu'il avec exercé pendant cinq ans "la présidence de la République dans des épreuves terribles qui ont saisi notre pays de stupeur". Le nouveau chef de l'Etat est arrivé peu après 10 heures à l'Elysée, où il a été reçu par son prédécesseur, François Hollande, qui l'attendait sur le perron du palais présidentiel. Les deux hommes ont échangé une poignée de main franche mais sont restés distants, face aux photographes.

Il a ensuite déjeuné à l'Elysée avant de s'entretenir avec son chef d'Etat major particulier, l'amiral Bernard Rogel, à propos des codes de la force de dissuasion nucléaire. François Hollande s'est alors dirigé vers le siège du Parti socialiste, rue de Solférino. Devant des cadres du parti et des militants, François Hollande a déclaré qu'il laissait "la France dans un état bien meilleur" que celui qu'il a trouvé en 2012, lors de son arrivée au pouvoir. "Il faut toujours faire le choix de la réussite de la France", a-t-il ajouté, invitant implicitement les socialistes à être conciliants avec Emmanuel Macron.

Quelques instants auparavant, Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, avait proclamé les résultats officiels de la présidentielle et prononcé les quelques mots de l'investiture: "En cet instant précis, vous prenez vos fonctions".

Lundi, le centriste qui prône une Europe à la fois "conquérante" et protectrice doit aussi se rendre à Berlin, son premier déplacement à l'étranger, pour rencontrer Angela Merkel.

Parmi les quelque 300 invités de cette investiture, figuraient les corps constitués (Conseil constitutionnel, bureau de l'Assemblée nationale et du Sénat, Cour de cassation.), des représentants des partenaires sociaux, des prix Nobel ainsi qu'une centaine de proches, principalement de sa famille et de celle de son épouse. "Vous l'êtes par votre choix, votre parcours, votre formation et jusqu'à votre état civil".

"Bon courage", a glissé François Hollande à son ex-conseiller avant de quitter les lieux. "J'aurai dans le même temps la volonté constante de réconcilier et rassembler l'ensemble des Français". "Dès ce soir, je serai au travail", a-t-il souligné.

Après son discours, le nouveau président de la République a passé en revue les troupes militaires pendant qu'était jouée La Marseillaise. Un héritage de l'Ancien Régime: 101 coups de canon étaient tirés pour annoncer la mort d'un roi et l'intronisation de son successeur.

Dans son command car; le chef des armées françaises a remonté ensuite les champs Elysées pour se recueillir sur la tombe du soldat inconnu.

Christophe Castaner, un des porte-parole d'Emmanuel Macron pendant la campagne, a semblé conforter dimanche ceux qui imaginent un Premier ministre issu de la droite, sans rien affirmer toutefois. Dans la continuité de ces cérémonies officielles, Emmanuel Macron s'est rendu au chevet de militaires blessés à l'hôpital Percy de Clamart, pour ensuite rencontrer en fin de journée la maire de Paris, Anne Hidalgo, à l'Hôtel de ville de la capitale.

Dernières nouvelles