Annonce du Gouvernement : réaction du Parti socialiste

Gérald Darmanin se définit comme un Gaulliste social

Gérald Darmanin se définit comme un Gaulliste social

Bruno Le Maire, lui, décroche l'important ministère de l'Economie. Même chose pour Gérald Darmamin, jeune figure montante de la droite, nommé ministre de l'Action et des Comptes publics. Ils travailleront ensemble à Bercy, qui seront donc gouverné par deux ministres issus de la droite.

Pour M. Baroin, MM.

Le secrétaire général des Républicains Bernard Accoyer a expliqué que les membres du parti qui ont rejoint le gouvernement "ne font plus partie des Républicains", sans toutefois parler d'exclusion.

"Il y a, dans ce gouvernement, des personnalités de grande qualité, des techniciens, reconnaît toutefois François Baroin". "La réunion de l'action publique et des comptes publics dans un même ministère (.) renvoie à un passé (.) où la RGPP (dont la mesure phare était le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux dans la Fonction publique d'Etat, ndlr) avait réduit la politique fonction publique à une gestion mécanique par les seuls coûts". Sylvie Goulard, centriste, libérale, et ralliée à En Marche depuis 2016, devient elle ministre des Armées. "Ils sont forcément en phase" poursuit Serge Babary qui assure que Bruno Le Maire "ne pouvait pas de défiler face à l'urgence de redressement de la France".

Le premier gouvernement de la présidence Macron présenté mercredi 17 mai balaye le spectre politique de la gauche à la droite.

D'autant qu'Alain Juppé avait dès le 9 mai exclu toute opposition frontale à Emmanuel Macron. Bruno Le Maire n'avait pourtant pas été avare de critiques envers Emmanuel Macron.

Bruno Le Maire n'aura pas beaucoup de temps pour prendre ses marques à Bercy. Donc, attention à cette façon de mélanger, de brouiller les lignes, de dire qu'on veut mettre avec soi tous les progressistes.

Gérald Darmanin a parlé de son côté d'une "situation politique inédite (.) qui peut donner le tournis" et de son "choix personnel d'aider (s) on pays peut être plus que (s) on parti", tout en remerciant ses deux mentors à droite, le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand et Nicolas Sarkozy, "auprès de qui j'ai tant appris".

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, s'est de son côté montré très méfiant sur ce nouveau gouvernement. Son échec aux primaires, où il s'est classé quatrième, l'a conduit à ensuite soutenir la candidature de François Fillon, avant de prendre ses distances parmi les premiers au moment du déclenchement des affaires.

Dernières nouvelles