Écologie: les trois dossiers brûlants qui attendent Nicolas Hulot

Un opposant au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre 2016 sur le site

Un opposant au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre 2016 sur le site

Enfin, le successeur de Ségolène Royal a eu un mot pour cette dernière en affirmant son intention de poursuivre son action pour la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Entre l'écologiste et le Premier ministre, Édouard Philippe, l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est un point de discorde que doivent trancher ces nouvelles études. Le président Emmanuel Macron et son 1er ministre sont favorables à l'aéroport. "Ma conviction c'est qu'il existe d'autres alternatives", ajoute-t-il.

" Toutes les solutions et les options sont sur la table". Areva est découpée en morceaux et sauvée de la faillite par l'État, EDF se démène avec des milliards d'investissements et une dette qui grimpe (75 milliards d'euros), et le précédent gouvernement a fait adopter une loi, dite de transition énergétique, qui doit limiter à 50 % la part de l'énergie nucléaire dans la production d'électricité en France en 2025 (contre 76 % aujourd'hui).

"Dans ma génération, on a connu, par exemple, les dérives qui ont pu avoir lieu en Allemagne et en Italie", a souligné M. Collomb, 69 ans, faisant référence aux actions violentes des Brigades Rouges ou de la Bande à Baader qui ont ensanglanté la péninsule italienne et la République fédérale d?Allemagne (RFA) dans les années 1970 et 1980. "Il y a probablement une autre option qui permettra de satisfaire les intérêts des uns et des autres", a-t-il expliqué. Le cours en Bourse d'EDF a dévissé de près de 7% mercredi à l'annonce de la nomination du " pape de l'Ecologie ".

Pendant la campagne de l'élection présidentielle, Nicolas Hulot avait déclaré qu'EDF apparaît de plus en plus comme un "colosse aux pieds d'argile" à l'avenir incertain. "Il y a un chemin commun", assure pourtant le ministre de la Transition écologique. Ce qui est important c'est de baisser cette part, pas pour des raisons dogmatiques, car il en est de l'énergie comme de beaucoup de domaines: "mettre ses œufs dans le même panier n'est pas une bonne chose", a-t-il poursuivi.

" C'est le dernier acte politique de Ségolène Royal, et moi j'ai promis de préserver l'acquis de Ségolène Royal".

Quelques heures plus tard, sur France 2, pour sa première interview en tant que ministre, Nicolas Hulot, n'a pas dévié de la ligne de M. Philippe.

Dernières nouvelles