François Bayrou renvoyé au tribunal dans une affaire de diffamation

Shutterstock

Shutterstock

Le tout nouveau garde des Sceaux " M. Bayrou sera présent" lors du procès pour diffamation qui a été fixé au 10 janvier 2019 devant la 17e chambre correctionnelle de Paris.

Le ministre de la Justice devra répondre en janvier 2019 devant un tribunal d'accusations de diffamation formulées par une association. El Sistema France a porté plainte pour diffamation, estimant que ces propos portaient atteinte à l'intégrité de l'association.

L'affaire proprement dite remonte au 28 septembre 2015. Le maire MoDem de Pau se lance dans une diatribe contre l'association, diffusée sur Web-TV Pau-Pyrénées, accessible sur DailyMotion. Selon la plainte, il accuse El Sistema France de "s'enrichir indûment en instrumentalisant des expériences humanistes et musicales à son profit" et "en tentant d'extorquer des contributions financières aux communes qu'elle démarche".

François Bayrou avait été mis en examen en novembre 2016, comme c'est automatiquement le cas en matière de diffamation.

Le nouveau ministre de la Justice entend présenter sa "loi de moralisation de la vie politique", au cœur de son alliance avec le président Emmanuel Macron, en Conseil des ministres "avant les élections législatives". J'ai refusé et j'ai dit que je n'acceptais pas ces attitudes mercantiles, ce qui n'est pas une injure. A cette époque, il était le président du Conseil communautaire de Pau-Pyrénées. "Quand nous avons découvert qu'on voulait nous faire signer un engagement de reverser à ces gens 8 à 15% de tous les fonds publics et privés collectés pour l'orchestre d'enfants, nous nous sommes gendarmés", a-t-il assuré, ajoutant que certaines poursuites judiciaires sont "des titres de gloire". "Nous avons apporté toutes les preuves qui confirment les déclarations de François Bayrou", fait de son côté savoir Me Stasi, avocat de François Bayrou sur ce dossier, qui se veut "confiant" sur l'issue de la procédure.

Me Stasi a précisé que François Bayrou avait lui-même déposé une plainte pour "dénonciation calomnieuse" en février 2017.

"C'est une association bénévole, sans but lucratif, qui va se retrouver face au ministre de la Justice", a-t-elle relevé, soulignant qu'elle serait attentive "au respect d'une parfaite égalité de traitement".

Dernières nouvelles