Gouvernement Macron: un pari sur la recomposition et la société civile

Parmi les premiers chantiers de ce gouvernement, devrait figurer un projet de loi de moralisation de la vie publique, avec casier judiciaire vierge pour les candidats et "interdiction du népotisme pour les parlementaires", référence claire au scandale qui a entraîné la défaite du conservateur François Fillon à la présidentielle, après des soupçons d'emplois fictifs au profit de sa famille.

Un mois avant d'être élu, Macron avait pour sa part formulé son souhait de "ne pas faire un gouvernement avec les états-majors des partis politiques" et que celui-ci soit "composé d'une quinzaine de ministres tout au plus, qui seront d'abord choisis pour leurs qualités et pour leur expérience [.] pas pour leur supposé poids politique". Tout d'abord, le socialiste Gérard Collomb (n°2), puis l'écologiste Nicolas Hulot (n°3), et enfin le centriste François Bayrou (n°4).

De retour de son premier voyage à l'étranger lundi à Berlin, le chef de l'État a reçu mardi matin son Premier ministre.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont souhaité introduire ce "temps de vérification" alors que "la loi prévoit que cette vérification ne s'opère qu'après leur nomination". Six ministres ont plus de 62 ans. À gauche, Jean-Yves Le Drian est donné comme seul survivant du gouvernement Cazeneuve, à la Défense.

Même chose pour Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État chargé du numérique, est à l'origine de la fondation de plusieurs start-ups qui sont devenues des modèles de réussite. "L'engagement d'un gouvernement très resserré est totalement tenu" avec "une recomposition sans précédent" de l'exécutif, souligne-t-on dans l'entourage d'Emmanuel Macron qui précise qu'au lendemain des législatives des 11 et 18 juin, "il n'est pas impossible qu'on ait un petit réajustement".

La parité est respectée, avec onze femmes et onze hommes. Le nouveau président avait annoncé une équipe gouvernement présentant une probité irréprochable, paritaire, ouverte à la société civile et surtout "de droite et de gauche", une rupture dans la vie politique.

Ces deux instances devront s'assurer "que les personnalités qui sont pressenties au gouvernement font l'objet d'une première vérification de leur situation fiscale".

Âgé de 69 ans, M. Le Drian a agi comme ministre de la Défense pendant les cinq années du mandat de l'ancien président François Hollande. Jacques Mézard, patron du groupe RDSE (radicaux) au Sénat, est nommé ministre de l'Agriculture. Ce n'est qu'aujourd'hui et non hier, comme initialement prévu, que l'équipe ministérielle dirigée par Édouard Philippe sera rendue publique.

Avec Bruno Le Maire à l'Economie et Gérald Darmanin à l'Action et aux Comptes publics, Emmanuel Macron confie aussi Bercy à la droite, toujours plus fractionnée, tandis que les socialistes entrés dans ce nouveau gouvernement affaiblissent encore un peu plus le PS.

Marielle de Sarnez, 66 ans, vice-présidente du Modem, occupe le poste de ministre des Affaires européennes.

Nicolas Hulot, sans cravate, a attiré également la lumière des projecteurs.

La directrice de l'université Sophia Antipolis de Nice, Frédérique Vidal, devient ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'innovation.

Dernières nouvelles