Le nouveau ministre de l'Écologie confirme une réduction du nucléaire — France

Emmanuel Macron entouré de ses ministres François Bayrou et Jean Yves Le Drian le 18 mai 2017 à l'Élysée

Le nouveau ministre de l'Écologie confirme une réduction du nucléaire — France

LIRE AUSSI Fessenheim: sait-on vraiment démanteler une centrale nucléaire?

Notre-Dame-des-Landes verra-t-il le jour sous le quinquennat d'Emmanuel Macron?

A propos de Notre-Dame-des-Landes, "il existe d'autres alternatives, la médiation qui va démarrer probablement en fera la démonstration", a-t-il estimé.

Le Premier ministre avait confirmé la veille la nomination d'un médiateur dans ce dossier afin de prendre une décision "claire" et "assumée"."On va sortir de la confrontation et on va rentrer dans la consultation et la coopération, sur ce sujet et sur beaucoup d'autres", assure aussi Nicolat Hulot. Nicolas Hulot est une personnalité importante de l'écologie. "Le nucléaire, que l'on soit pour ou contre, de toute façon on ne peut pas s'en passer demain matin", a déclaré M. Hulot au journal télévisé de France 2.

La nomination de Nicolas Hulot ministre de la Transition écologique dans le gouvernement d'Édouard Philippe est lié pour Jean-Luc Mélenchon à sa méconnaissance des "rapports de force", pour Benoît Hamon à sa volonté de "peser de l'intérieur". "Emmanuel Macron, c'est l'homme sans projet parce que c'est l'homme sans conviction", avait souligné le député LR, qui avait proposé durant la primaire la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires, là où Macron veut en supprimer 120.000, ainsi qu'une baisse de la CSG, que le président souhaite augmenter.

C'est probablement la plus jolie prise d'Emmanuel Macron et Édouard Philippe: Nicolas Hulot a donc été nommé, mercredi 17 mai 2017, ministre de la transition écologique et solidaire. "Alléger la fiscalité, même si on peut avoir des divergences sur un point ou sur un autre, nous sommes d'accord aussi", a-t-il insisté. "Mettre en oeuvre la loi de transition énergétique, aller vers un mix énergétique et faire diminuer avec un calendrier responsable la part du nucléaire dans notre production énergétique".

" Ce qui est très important, c'est de faire baisser cette part, pas pour des raisons dogmatiques. Mettre tous ses œufs dans le même panier, c'est pas une bonne chose", a-t-il estimé.

" C'est le dernier acte politique de Ségolène Royal, et moi j'ai promis de préserver l'acquis de Ségolène Royal". Une décision dans laquelle Nicolas Hulot pourrait être décisif.

Dernières nouvelles