L'Elysée veut choisir les journalistes lors des déplacements d'Emmanuel Macron

16			Mai 2017		
							Imprimer l'info			Taille du texte-16

16 Mai 2017 Imprimer l'info Taille du texte-16

De gauche à droite, à leur arrivée à l'Elysée: Sylvie Goulard, ministre des Armées, Elisabeth Borne, ministre auprès de Nicolas Hulot chargée des transports, Jacques Mézard, ministre de l'Agriculture et de l'alimentation, et Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées. Alors que la défiance pèse de plus en plus sur l'information, choisir celui ou celle qui rendra compte de vos déplacements ajoute à la confusion entre communication et journalisme, et nuit à la démocratie.

En riposte, sous l'égide de François Baroin, Les Républicains ont lancé un contre-appel des 577 candidats de la droite et du centre aux législatives à défendre leurs "convictions" et à gagner ces élections pour imposer une cohabitation.

A ses ministres et secrétaires d'Etat, Emmanuel Macron a lancé: "Une invitation: ne changez pas!".

Alors qu'il devait être connu mardi, la composition du nouveau gouvernement n'a en effet été dévoilée que mercredi, à 15 heures, après la vérification de la situation fiscale de chacun de ses membres et l'absence de conflits d'intérêt, avait fait savoir l'Elysée.

Christophe Castaner a invoqué "un délai très court" pour organiser ce déplacement sur la base militaire française de Gao, dans le nord du Mali. A droite, Bruno Le Maire est nommé ministre de l'Economie, Gérald Darmanin est nommé ministre de l'Action et des Comptes publics. La journaliste a évoqué les nombreuses difficultés qu'elle rencontrait pour couvrir l'Élysée comme l'obligation d'annoncer sa venue pour que des rampes provisoires soient installées, se disant aussi "interdite de voyages de presse". "Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a-t-il insisté. Les ministres candidats devront, du reste, démissionner de leur poste s'ils ne sont pas élus.

Pour Florian Silnicki, conseiller en communication politique, en agissant ainsi Emmanuel Macron entend montrer qu'"il a tiré les leçons des erreurs du quinquennat passé".

Et, toujours en direction du président Macron, qu'"aucun de vos prédécesseurs ne s'est prêté à ce genre de système, au nom du respect de la liberté de la presse". Le député PS sortant Christophe Castaner devient porte-parole du gouvernement.

Sur le fait que les journalistes ont été priés de quitter rapidement la cour de l'Elysée à la fin du Conseil des ministres, il a donné la raison suivante: "C'est parce que la photo officielle du gouvernement n'a pas été faite dans le cadre habituel que nous connaissons, et que du coup il fallait pour cela une certaine liberté d'organisation de la photo". Mais le chef de la communication élyséenne tente de faire retomber la pression en assurant qu'il n'en est rien.

L'ancien ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian sous François Hollande hérite des Affaires étrangères, un département appelé désormais ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, alors que le sénateur-maire de Lyon et l'un des principaux soutiens d'Emmanuel Macron a été nommé ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur.

Dernières nouvelles