Les membres du gouvernement Philippe sous la présidence d'Emmanuel Macron

Gouvernement Macron se donne 24 heures supplémentaires
AFP  Archives
 Bertrand GUAY AFP

Gouvernement Macron se donne 24 heures supplémentaires AFP Archives Bertrand GUAY AFP

Interrogé jeudi matin sur France Inter, le Premier ministre Édouard Philippe avait indiqué qu'il "participerai [t] aux élections législatives" et qu'il "essaierai [t] de donner au président de la République la majorité dont il a besoin", sans préciser s'il ferait campagne pour les candidats de La République en marche, le parti de M. Macron, ou pour les candidats de son propre parti, Les Républicains.

S'il est resserré, ce premier gouvernement de l'ère Macron compte cependant davantage de ministres que le premier gouvernement Fillon qui avait battu un record sous la Ve République en la matière avec seulement 15 ministres, quatre secrétaires d'Etat et un Haut-Commissaire. "Toutefois, comme l'avait bien promis le Président, son gouvernement est " composé pour moitié de femmes " et " des personnes de la société civile et des hommes politiques de gauche, du centre et de la droite ".

En revanche, comme d'habitude, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner répondra aux questions de la presse.

"J'en suis le garant et, là-dessus, je serai intraitable", a souligné le président, "le long terme est à l'Elysée, les arbitrages quotidiens ou de moyen terme sont faits à Matignon". Selon le porte-parole du gouvernement, le nouveau chef de l'Etat a insisté sur "la solidarité nécessaire entre tous les membres du gouvernement" ainsi qu'un "travail collégial" parmi les "règles de bon fonctionnement".

Le duo de droite, installé à Bercy, arrive à l'Elysée: Gérald Darmanin (à gauche), ministre de l'Action et des comptes publics, et Bruno Le Maire, ministre de l'Economie.

Le gouvernement, a-t-il aussi assuré, est "évidemment bâti pour durer" au-delà des législatives. Beaucoup d'observateurs et de politiques ont estimé qu'il avait sans doute obtenu des gages solides pour dire oui cette fois-ci à Emmanuel Macron, notamment sur le projet d'aéroport Notre-Dame-des-Landes auquel il est opposé, ou la réduction du nucléaire.

A ce sujet, Christophe Castaner a assuré que le nouveau ministre appliquerait la feuille de route du président de la République.

Lors de sa conférence de presse du 28 mars, un journaliste a demandé a Emmanuel Macron si au nom du renouvellement, "la composition du gouvernement exclura des membres d'anciens gouvernements, par exemple sous François Hollande".

Les deux têtes de l'exécutif présenteront prochainement une "circulaire sur la place des cabinets" ministériels, a ajouté Christophe Castaner, soulignant "qu'il n'appartenait pas aux directeurs de cabinet de se substituer aux directeurs d'administrations centrales".

Comme le veut la tradition, la nouvelle équipe fera une photo de famille, du moins si la météo qui s'annonce pluvieuse le permet.

"Macron, un premier gouvernement et déjà des promesses non tenues", titre ce mercredi Le Figaro. Les quatre ministères régaliens ont été dévolus à deux socialistes - Jean-Yves Le Drian, l'un des deux rescapés du quinquennat de François Hollande, qui passe de la Défense à l'Europe et aux Affaires étrangères avec le Commerce extérieur dans ses attributions, et Gérard Collomb, "marcheur" de la première heure, qui prend l'Intérieur - et à deux centristes - François Bayrou à la Justice et Sylvie Goulard aux Armées.

Dernières nouvelles