Macron "a fixé la feuille de route du gouvernement" — Conseil des ministres

Dix-huit ministres dans le gouvernement d'Edouard Philippe

Macron "a fixé la feuille de route du gouvernement" — Conseil des ministres

La volonté de maîtriser l'expression de l'exécutif conjuguée à la fermeture inhabituelle de la cour d'honneur de l'Elysée à l'issue de ce premier Conseil des ministres a cependant suscité quelque inquiétude dans les rangs de la presse.

Le chef du gouvernement a expliqué qu'il s'impliquerait "bien sûr" dans la décisive bataille des élections législatives pour "donner au président de la République la majorité dont il a besoin".

Comme le veut la tradition, c'est le secrétaire général de l'Élysée qui a officialisé un par un le nom des nouveaux ministres et de leurs fonctions. "Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a poursuivi M. Castaner. "Non". Son gouvernement va donc "aborder cette question avec pragmatisme", afin de déterminer "comment on organise pour les 50 ans qui viennent la production d'électricité en France".

A son issue, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a évoqué les paroles tenues par le président de la République qui a parlé de la "typicité d'un gouvernement inédit composé de femmes et d'hommes issus d'horizons divers choisis pour leur compétence".

Le Premier ministre Edouard Philippe est issu de la droite modérée.

Ministre de la Défense pendant l'intégralité du mandat de François Hollande, Jean-Yves Le Drian sera cette fois ministre des Affaires Étrangères.

Gérard Collomb est un socialiste de 69 ans. Le maire de Lyon avait été l'un des premiers à apporter son soutien à Emmanuel Macron dans la course à l'Élysée.

Promesse de campagne de M. Macron, la parité de la société civile par rapport au monde politique est également respectée, avec 11 membres, dont huit ministres: l'écologiste et ancien présentateur TV Nicolas Hulot (Transition écologique), la directrice de la Haute autorité de la santé, Agnès Buzyn (Solidarités et Santé), la codirigeante des éditions Actes Sud Françoise Nyssen (Culture), la dirigeante d'entreprise Muriel Pénicaud (Travail), le directeur de l'Essec Jean-Michel Blanquer (Education), la scientifique Frédérique Vidal (Enseignement supérieur et Recherche) et Laura Flessel.

Visiblement soucieux d'éviter les couacs qui avaient plombé les premières années de l'ère Hollande, le nouveau chef de l'Etat a mis les points sur les i devant une équipe de 22 ministres et secrétaires d'Etat dont la moitié proviennent de la société civile.

En tant que président, Emmanuel Macron avait promis un gouvernement mixte, fait d'expérience et de nouveaux venus.

Alors que Gérald Darmanin s'occupera du budget, de la fonction publique et de la réforme de l'Etat et que Bruno Lemaire est nommé ministre de l'économie, Benjamin Lucas, le président amiénois des Jeunes Socialistes, estime dans un tweet que "c'est la droite dure qui tiendra les cordons de la bourse". Il s'agit d'un gouvernement totalement paritaire: 9 ministres hommes et 9 ministres femmes, ainsi que 2 secrétaires d'État masculins et deux autres féminins. Annick Girardin devient ministre des Outre-mer et Jacques Mézard est nommé ministre de l'Agriculture.

Dernières nouvelles