Macron-Philippe taux de confiance mitigés dans l'opinion — Sondage

Le gouvernement est en marche. Le nouveau Premier ministre, issu des rangs du parti Les Républicains (LR), part d'encore plus loin: seulement 36% lui feraient confiance.

Fixer le cap. Les ministres ont passé un peu moins d'une heure dans la grande salle du salon Murat, où se tient le Conseil hebdomadaire depuis l'élection de Georges Pompidou.

Le nouveau président "fixera à cette occasion les grandes orientations de son quinquennat et la feuille de route du gouvernement", mais aussi "la méthode de l'action gouvernementale qui doit reposer sur deux piliers: la collégialité, et l'action collective", explique-t-on à l'Elysée. A sa gauche était installé le garde des Sceaux, François Bayrou.

Le gouvernement dirigé par Edouard Philippe (LR) compte également quatre secrétaires d'Etat rattachés à Matignon: Christophe Castaner hérite des Relations avec le Parlement et devient porte-parole du gouvernement, Marlène Schiappa de l'égalité homme-femme, Sophie Cluzel des handicapés et Mounir Mahjoubi du Numérique.

Une rupture avec la tradition républicaine. La présidence de la République a en effet fait savoir que, désormais, l'Elysée choisirait les journalistes autorisés à suivre le huitième président de la Ve République dans ses déplacements. Un cadre particulièrement solennel et symbolique.

Le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler a annoncé à 15H00 tapantes, l'horaire prévu, et selon les canons du genre, la composition de ce gouvernement dont la moyenne d'âge est de 54 ans.

Ce gouvernement choisi par Emmanuel Macron a plutôt jeudi les faveurs de la presse. Ils n'ont donc pas pu filmer la sortie du conseil, ni interroger les nouveaux membres du gouvernement, contrairement à l'usage habituel.

Est-ce aussi pour ne pas nuire à ce dialogue que journalistes et photographes ont été évacués de la cour de l'Elysée ce jeudi après l'arrivée des ministres? Un geste qui n'a pas manqué d'agacer sur les réseaux sociaux.

Parmi les 'règles de bon fonctionnement' figure 'd'abord la solidarité nécessaire entre tous les membres du gouvernement' ainsi qu'un 'travail collégial', a souligné le nouveau chef de l'Etat, cité par le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner. "Et comme porte-parole du gouvernement, j'y veillerai".

Le président Macron ne veut pas "verrouiller sa com'" mais exige des ministres "confidentialité" et "discipline", a assuré Christophe Castaner, invoquant des "raisons pratiques", en l'espèce l'organisation de la traditionnelle photo de famille du gouvernement dans le vestibule du palais présidentiel et non dans les jardins en raison d'une météo capricieuse. Les deux têtes de l'exécutif présenteront prochainement une "circulaire sur la place des cabinets" ministériels, a ajouté Christophe Castaner, soulignant "qu'il n'appartenait pas aux directeurs de cabinet de se substituer aux directeurs d'administrations centrales". Un score bien en dessous de celui des premiers ministres nommés après les élections présidentielles précédentes.

"Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a-t-il martelé.

Dernières nouvelles