Un médiateur pour tenter de déminer l'épineux dossier Notre-Dame-des-Landes

Nicolas Hulot chargé de la transition écologique et solidaire avant le conseil des ministres jeudi 18 mai

ZOOM Nicolas Hulot chargé de la transition écologique et solidaire avant le conseil des ministres jeudi 18 mai. Stéphane de Sakutin AFP

La nomination de Nicolas Hulot, nº3 du nouveau gouvernement, à la tête d'un superministère de l'Écologie, pourrait donner un nouvel espoir aux opposants du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (NDDL).

Tout en assurant le nouveau ministre de "son soutien entier", FEE a dit vouloir "ouvrir rapidement le dialogue pour lancer un véritable plan de développement de l'éolien concret et cohérent".

La question est sur toutes les lèvres depuis hier, alors que le président du Département, Philippe Grosvalet, continue de réclamer le démarrage des travaux.

Pascal Canfin, directeur général du WWF, ancien député européen et ancien ministre du Développement, en est persuadé.

Pour France énergie éolienne (FEE), une autre organisation, la nomination de Nicolas Hulot est "un signal fort envoyé par l'exécutif à destination des acteurs de la transition énergétique". Je vais mettre clairement la pression, avec tous les élus et les chefs d'entreprises attachés à ce projet, pour que le gouvernement fasse appliquer l'Etat de droit et soutienne la compétitivité des Pays de la Loire en organisant enfin le transfert de l'aéroport à Notre Dame des Landes. Longtemps agitateur d'idées, inlassable défenseur de la nature, écologiste pur et dur, il agissait dans l'ombre, avait d'excellents rapports avec les présidentes (Sarkozy puis Hollande), mais n'avait jamais osé se frotter au difficile rôle de ministre.

Dernières nouvelles