Législatives: 3 nationalistes corses élus députés

Législatives pour la première fois au moins un nationaliste corse élu
AFP
 PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Législatives pour la première fois au moins un nationaliste corse élu AFP PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Michel Castellani, professeur d'économie âgé de 71 ans, Jean-Félix Acquaviva et Paul-André Colombani, candidats nationalistes du mouvement Pé a Corsica (pour la Corse) ont été élus dans leurs circonscriptions en Haute-Corse et en Corse-du-Sud, selon les données publiées sur le site officiel du ministère français de l'Intérieur.

Les candidats nationalistes corses raflent la mise en emportant trois des quatre sièges de députés de l'île. A Bastia notamment, devenu un bastion nationaliste depuis la victoire de Gilles Simeoni aux municipales de 2014, Michel Castellani a décroché 63,87% des suffrages.

En Haute-Corse, les deux circonscriptions ont été conquises par des candidats du mouvement " Pè a Corsica " (" Pour la Corse "). En direct sur France 3 Corse, dimanche soir, Camille de Rocca Serra, député sortant Les Républicains, ne cache pas sa déception.

Le professeur d'économie Michel Castellani a récolté 60,81 % des voix, contre 39,19 % pour le député sortant Sauveur Gandolfi-Scheit (LR). La France insoumise et le PCF remporteraient 30 sièges, contre 8 pour le Front national, toujours selon les projections. Débat d'entre-deux tours pour les candidats de la 2e circonscription de Corse-du-Sud, dans les locaux de RCFM. C'est un médecin se présentant sous l'étiquette LR, Jean-Jacques Ferrara, qui a gagné dès le premier tour face à la candidate macroniste Maria Guidicelli. Aucun de ses candidats n'avaient été élus, contre trois UMP (ex-LR) et un du Parti radical de gauche.

Dernières nouvelles