Porsche remporte la 85e édition des 24 Heures du Mans

Kamui Kobayashi dans la Toyota TS050

Kamui Kobayashi dans la Toyota TS050

Reléguée à 19 tours des leaders samedi soir, la N.2 du constructeur allemand a coiffé au poteau les Oreca LMP2, la N.38 du Jackie Chan DC Racing et la N.13 de Vaillante Rebellion. La no 7 (Kobayashi-Conway-Sarrazin) et la no 9 (Lapierre-Lopez-Kunimoto) ont abandonné à un quart d'heure d'intervalle vers 01h00. Des déboires qui font le jeu de Porsche.

La Porsche N.2 est repassée en tête des 24 Heures du Mans dimanche en toute fin de course, après l'abandon de la Porsche N.1. Alors qu'elle semble en route vers la victoire, elle s'immobilise dans la ligne droite des Hunaudières en fin de matinée à 3h50 de l'arrivée, avant d'abandonner.

Malgré ses 18 victoires aux 24 heures du Mans, Porsche n'est pas serein car, pour des contraintes budgétaires au niveau du groupe Volkswagen, l'équipe de Stuttgart n'a pu aligner que deux voitures au lieu de trois.

La seule Toyota rescapée, la N.8, a terminé à la 9e place, à neuf tours des vainqueurs. Prenant l'avantage sur l'Oreca 07 - Gibson #13 à la 16 heure de course, elle profite de l'hécatombe des LM P1 pour s'afficher en tête à 3 h 00 de l'arrivée.

L'ancien pilote de Formule 1 Jean-Eric Vergne et ses équipiers partiront de la 12ème place au volant de l'ORECA-Gibson Manor TRS (catégorie LMP2). Preuve plus que jamais qu'au Mans rien n'est jamais écrit d'avance. Aston Martin, Corvette, Ferrari, Ford et Porsche, ont livré une course à couteaux tirés. Deux de ces bolides ont pris les places d'honneur. Mais certains l'oublient, les 24 Heures du Mans n'est pas une épreuve de sprint, mais bien une course d'endurance. Cette 85e édition restera marquée par le spectacle intense sur la piste, le record de 19 victoires pour Porsche et l'énorme succès populaire, 258 500 spectateurs ayant fait le déplacement pour vivre la légende du Mans.

Dernières nouvelles