Le nouveau gouvernement " a vocation à durer ", affirme l'exécutif

Emmanuel Macron aura fort à faire pour composer son nouveau gouvernement

Emmanuel Macron aura fort à faire pour composer son nouveau gouvernement

Quelques heures après leur démission, la nouvelle équipe gouvernementale a été annoncée par le Secrétaire général de l'Elysée: Nicole Beloubet à la justice, Florence Parly aux Armées, Jacques Mézard à la cohésion des territoires, Nathalie Loizeau aux Affaires Européennes.

Quatre ministres français ont démissionné en trois jours, dont trois issus du parti centriste MoDem allié du président Emmanuel Macron, poussés au départ par un vent de moralisation, des développements survenant en pleine recomposition du gouvernement.

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, conserve son poste.

Le président de la République a aussi parlé d'un gouvernement " de confirmation et d'ambition ". Mis en cause dans une affaire immobilière mais confortablement réélu dans sa circonscription du Finistère, il devrait prendre la présidence du groupe REM à l'Assemblée.

L'enquête visant le Modem, ouverte le 9 juin pour "abus de confiance et recel", doit déterminer si la formation a salarié des collaborateurs travaillant en France avec des contrats d'assistants parlementaires européens. Celles-ci ont touché notamment le candidat de droite François Fillon, soupçonné d'avoir fait bénéficier son épouse et ses enfants d'emplois fictifs.

Emmanuel Macron tient beaucoup à son image. Trois personnalités qui, selon toute vraisemblance, devraient rester au gouvernement.

En annonçant à l'AFP sa "décision de ne pas faire partie du prochain gouvernement", François Bayrou a assuré qu'elle ne lui avait pas été dictée.

Le gouvernement Philippe 2 est là pour durer fait savoir le président par la voix du porte-parole du gouvernement. Au point de voir dès le soir du second tour l'extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon et l'extrême droite de Marine Le Pen instiller d'une même voix la petite musique de l'illégitimité du nouveau pouvoir.

Dans le sillage d'Emmanuel Macron, le Premier ministre Edouard Philippe lâche également du terrain (57%, -2 points), malgré des scores en hausse chez les catégories de la population s'estimant politiquement proche du PS ou de la droite.

Dernières nouvelles