Air France peut lancer Boost : les pilotes l'ont plébiscité

Les pilotes font pression sur Air France

Transport : quel sort pour la nouvelle compagnie d'Air France ?

Ils ont été un peu plus de 78,2% des adhérents du syndicat a dire oui au lancement de cette nouvelle compagnie low cost filiale d'Air France.

Il constitue par ailleurs un désaveu pour l'exécutif du SNPL qui, fâché par certains points du projet d'accord, avait mis au vote un texte alternatif qui n'a recueilli que 16,4% des suffrages.

L'accord portait également sur les efforts de productivité demandés aux pilotes, qui devraient permettre des économies de 40 millions d'euros par an, notamment grâce à la perte d'un jour de repos mensuel sur moyen-courrier.

Le PDG d'Air France-KLM Jean-Marc Janaillac a déclaré début juillet à Reuters qu'il constatait une tendance positive en termes de fréquentation au deuxième trimestre, tout en s'inquiétant des perturbations liées aux contrôles aux frontières dans les aéroports d'Orly et de Roissy.

Le groupe aérien a prévu de lancer la compagnie dès l'automne 2017 sur moyen-courrier, puis à l'été 2018 sur long-courrier.

Le "oui" des pilotes est un ouf de soulagement pour la direction d'Air France, qui avait fait de "Boost" le projet phare de son plan stratégique. De nouvelles lignes pourraient être ouvertes.

Les vols "Boost" seront opérés par des pilotes Air France volontaires, avec des conditions d'emploi inchangées, tandis que les hôtesses et stewards seront recrutés à un coût inférieur à celui d'Air France. Une partie du personnel au sol sera externalisé.

L'horizon se dégage pour Air France.

D'autant plus que les derniers chiffres publiés par le groupe sont encourageants.

Les négociations avaient été longues et difficiles depuis le mois de novembre dernier et le SNPL, fermement opposé à l'accord proposé par la direction, avait remis la décision entre les mains des pilotes.

Dernières nouvelles