Un binational américain condamné à dix ans de prison pour espionnage — Iran

Un doctorant américain condamné en Iran à dix ans de prison pour espionnage

Iran. Dix ans de prison pour un Américain « infiltré »

La justice iranienne a annoncé, dimanche 16 juillet 2017, la condamnation d'un ressortissant américain à 10 de prison pour "infiltration" sans préciser l'identité de l'homme en question.

Le porte-parole a ajouté que le binational américain condamné à dix ans de prison pourrait faire appel et que les détails concernant le condamné seraient communiqués dès que le verdict final aurait été annoncé. Il avait été arrêté en juillet 2016 alors qu'il tentait de quitter l'Iran.

Spécialiste de la fin du 19 Siècle et du début du 20 eurasiatique, Xiyue Wang était notamment actif au Centre d'études Sharmin et Bijan Mossavar-Rahmani de l'université de Princeton, que le site internet de la justice iranienne Mizan assure avoir des liens avec les services de renseignements israéliens et occidentaux.

Deux ressortissants irano-américains, l'homme d'affaires Siamak Namazi et son père Mohammad Bagher Namazi, ont été condamnés en octobre 2016 avec quatre autres personnes à dix ans de prison pour "espionnage" au profit de Washington.

En janvier 2016, quatre Irano-américains, dont le journaliste du Washington Post Jason Rezaian accusé d'espionnage et l'ex-Marine Amir Hekmati, ont été libérés et échangés contre sept Iraniens poursuivis aux Etats-Unis. Il est né en Chine avant d'être naturalisé américain.

Pour rappel cette nouvelle affaire intervient en plein regain de tension avec l'Iran, alors que le président américain Donald Trump et le Congrès ont adopté une position hostile à l'égard de Téhéran. Washington accuse Téhéran d'être une "menace" régionale, qui "déstabilise" directement ou via des groupes "terroristes" la Syrie, l'Irak, le Yémen ou le Liban.

Hossein Fereydoun a participé aux négociations qui ont abouti à l'accord sur le nucléaire iranien en 2015.

Les Etats-Unis ont décidé un réexamen de leur position sur l'accord nucléaire et Washington doit décider une nouvelle fois, en principe lundi, de continuer ou non d'alléger les sanctions contre l'Iran.

Le Parlement iranien prépare de son côté un projet de loi pour "répondre aux actions aventuristesdes Etats-Unis", selon Kazem Jalali, le président du Centre de recherche du Parlement qui a élaboré le texte.

Dernières nouvelles