Les républicains américains échouent une nouvelle fois à abroger l'Obamacare

Président Trump posé devant l’emblème dont on ne voit que les ailes dorées excéder sa tête

Donald Trump a réagi sur Twitter à l'annonce des deux républicains

Les plus récents efforts des républicains pour abroger et remplacer l'"Obamacare" ont été sérieusement compromis au Sénat, lundi soir, lorsque deux autres sénateurs républicains ont annoncé leur opposition à la pièce législative fortement soutenue par le président Donald Trump.

Ce nouvel échec est un désaveu pour Donald Trump.

Plusieurs sénateurs républicains, de son propre camp politique donc, ont refusé de voter un projet réformant la fiscalité de l'assurance maladie et la réglementation applicable aux contrats d'assurance santé.

La nouvelle a eu un effet immédiat sur les marchés financiers en Asie, qui ont réduit leurs gains, et sur leDollar, qui a étendu ses pertes. Le président américain a réagi, comme à l'accoutumé, sur Twitter, demandant dès à présent aux républicains du Congrès d'abroger l'Obamacare pour les forcer à élaborer un nouveau système de santé. "Les démocrates se joindront à eux!"

On ignore pour le moment quelle stratégie privilégieront les républicains, qui entendaient statuer sur le dossier santé avant la pause parlementaire du mois d'août, avant de passer à la réforme fiscale.

Lee et Moran ont tous deux affirmé ne pas pouvoir soutenir la proposition du leader républicain au Sénat Mitch McConnell dans sa forme actuelle.

"Nous ne devrions pas donner notre aval à une mauvaise mesure ", a déclaré Jerry Moran sur Twitter, fustigeant les discussions "à huis clos" ayant abouti au projet de loi. Ce qui porte à quatre le nombre de républicains opposés au texte. Les républicains sont 52, et ne peuvent donc se permettre que deux défections. Ceci enterre ainsi la possibilité de son adoption au Sénat puisqu'au moins 50 voix sont nécessaires. "C'est une grande victoire pour les millions d'Américains qui ont résisté et se sont battus contre cette législation dangereuse", a-t-il dit dans un communiqué.

Dernières nouvelles