Polémique chez Google : un ingénieur défend le sexisme dans la Silicon Valley

Vive polémique chez Google après la lettre sexiste d'un ingénieur

Le manifeste anti-diversité d'un ingénieur Google déclenche l'indignation

Une note interne a été rendue publique dimanche 6 août par des sites américains dédiés respectivement à l'innovation et aux nouvelles technologies: Motherboard et Gizmodo. Et pour cause, l'homme y affirme que "les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie, en raison de causes biologiques et (donc) ces différences peuvent expliquer pourquoi on n'a pas une représentation égale des femmes dans la "tech" et (dans les fonctions de) leadership". Ainsi, elles optent pour des carrières "dans le social ou l'artistique".

Les employés de Google réagissent avec indignation [mais pas tous] à un manifeste rédigé par un ingénieur senior qui critique les efforts de l'entreprise pour améliorer la diversité de la main-d'œuvre et son biais au "penchant de gauche". "Ce sont des fadaises sexistes, habillées dans un discours sur la protection non méritée de la liberté d'expression", a fustigé la journaliste Kara Swisher, du site spécialisé Recode.net. Danielle Brown, la responsable diversité de Google a défendu l'entreprise en arguantque, "ce n'est pas un point de vue que moi et l'entreprise soutenons, promouvons ou encourageons", avant d'ajouter que, "la diversité et l'inclusion sont une part fondamentale de nos valeurs et de la culture que nous cultivons". Travis Kalanick, président d'Uber, avait dû démissionner à la suite d'accusations contre sa mentalité sexiste et la culture qu'il avait instauré dans l'entreprise.

Aux États-Unis, la jurisprudence actuelle sur le harcèlement sexuel au travail repose principalement sur le titre VII de la loi sur les droits civiques (Civil Rights Act) de 1964.

Cette loi de 1964 a donné naissance à une Commission sur l'égalité des chances dans l'emploi (EEOC en anglais) que les salariés peuvent saisir à l'encontre de leur employeur même s'il n'est pas lui-même le harceleur.

Comment remédier au sexisme dans la "tech "?

"Nous sommes sans équivoque dans notre croyance que la diversité et l'inclusion sont cruciaux à la réussite de notre entreprise, et nous continuerons à les défendre et à nous y engager sur le long terme", écrit Brown dans un mail aux employés Google en réponse à la polémique.

Chez Facebook, c'est le même constat puisque parmi les cadres supérieurs, il n'y a que 27% de femmes en 2016.

Certaines mesures ont été prises pour tenter de promouvoir l'égalité des sexes au sein de la Silicon Valley en commençant par Google.

Dernières nouvelles