Des lots livrés en France en provenance des Pays-Bas — Oeufs contaminés

Oeufs contaminés: Berlin s'inquiète d'une rétention d'information de Bruxelles

Oeufs contaminés: la Belgique savait dès juin

"En particulier la Belgique et les Pays-Bas en ont ici l'obligation", avait-il ajouté.

Des millions d'oeufs ont d'ores et déjà été retirés des rayons dans des supermarchés de plusieurs pays européens -et en Suisse également- après la découverte de résidus de fipronil.

D'après Johan Boonen, de la Fédération néerlandaise de l'agriculture et de l'horticulture (LTO), le risque pour les consommateurs est passé. "Mais ce n'est pas le cas pour les éleveurs".

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) considère la substance comme de toxicité moyenne et précise qu'à haute dose, elle est susceptible d'être nuisible aux reins, au foie et aux glandes lymphatiques.

Des dizaines d'élevages de poules pondeuses ont été fermés temporairement dans les deux pays, qui ont ouvert une enquête.

Par ailleurs, en Belgique, le ministre de l'Agriculture Denis Ducarme a demandé lundi à l'Agence de sécurité alimentaire "un rapport circonstancié" sur la façon dont elle a géré les informations sur ce dossier. Mais elle n'a diffusé l'alerte aux pays voisins, par un système d'alerte européen, que le 20 juillet, date où elle aurait appris que, dans certains élevages, le fibronil dépassait le taux autorisé.

Contactée par Reuters, une porte-parole de l'agence s'est refusée à tout commentaire.

De son côté, la ministre de la santé, Maggie De Block, affirme avoir été également mise au courant, mais se refuse à donner plus d'explications et préfère se réserver pour la commission parlementaire de mercredi matin. Il a aussi révélé que 57 sociétés belges sur lesquelles un doute pesait, exploitant au total 86 poulaillers, ont été bloquées préventivement, et que des vérifications vont être réalisées au-delà de ce périmètre.

Le Fipronil, utilisé pour traiter les chats et les chiens contre les tiques, puces et poux, est une substance interdite dans le traitement des animaux destinés à la chaîne alimentaire.

Les oeufs retirés sont suspectés de contenir des traces d'une molécule insecticide, le fipronil, utilisé au mépris de la réglementation européenne pour éradiquer le pou rouge dans les élevages.

Cette crise a eu de fortes répercussions en Allemagne.

L'Allemagne est largement concernée par ce scandale: des millions d'œufs, en provenance des Pays-Bas, ont été rappelés sur son territoire et détruits.

Si le scandale a éclaté la semaine dernière, il est apparu que l'Afsca, l'agence de sécurité alimentaire belge, a eu connaissance du problème dès le mois de juin. Dans ce domaine, la production étrangère sert avant tout dans la composition de produits transformés, tels que les pâtes.

Dernières nouvelles