La Bourse de Paris finit en net recul de 1,40%

Le Palais Brongniart

Le Palais Brongniart

Ce phénomène est accentué par la faiblesse des volumes d'échanges en pleine trêve estivale et alors que la période des publications de résultats touche à sa fin. À Francfort, le Dax perd 0,73% et à Londres, le FTSE, pénalisé par le fait que plusieurs grandes valeurs se traitent "ex-dividende", abandonne 1,23%.

Le ton est brutalement monté mardi et mercredi, le président américain, Donald Trump, promettant "le feu et la fureur" à Pyongyang en cas de nouvelles menaces avant que le régime de Kim Jong-un ne réplique en disant "examiner soigneusement" un projet de frappe contre l'île de Guam, territoire américain dans le Pacifique.

Hier soir, les places américaines ont de nouveau fini en léger repli, le Dow Jones cédant 0,17%, lesté notamment par la baisse de 4% de Walt Disney, et le Nasdaq Composite reculant de 0,28%, tous deux réduisant leurs pertes en fin de séance à la faveur d'achats à bon compte.

L'indice de volatilité du CAC est en hausse de plus de 5%, celui de l'EuroStoxx 50 de près de 7%.

Les contrats à terme sur les indices américains présagent une ouverture en repli entre 0,1% et 0,5%. La monnaie sud-coréenne, le won, a baissé de 0,92 % contre le dollar. Finalement, le S&P 500 (-0,04% hier en clôture) n'a pas fluctué de plus de 0,5% depuis le début du mois de juillet et n'a perdu plus de 1% qu'à deux reprises cette année.

L'indice de la Bourse de Séoul, le Kopsi, a cédé 1,10 % en l'espace d'une journée, à son plus bas depuis juin 2017.

Parmi les autres valeurs refuges habituelles, le franc suisse s'adjuge 0,6%, les emprunts d'Etat américains à dix ans ont vu leur rendement revenir sous 2,26% contre plus de 2,28% la veille et celui du dix ans allemand est repassé sous 0,47%. L'or a atteint un pic de neuf semaines juste au-dessus de 1.280 dollars l'once.

Malgré cela, Novo Nordisk grimpe de 5,27%, la plus forte hausse du Stoxx 600, grâce à un bénéfice d'exploitation au deuxième trimestre supérieur aux prévisions.

Dans l'actualité des fusions-acquisitions, Worldpay gagne 0,52% après l'annonce d'un accord définitif de rachat par l'américain Vantiv pour huit milliards de livres (8,86 milliards d'euros).

Dernières nouvelles