Les activités inscrites au programme du 16ème Forum AGOA à Lomé

Arrivée de Robert Lighthizer à Lom

Robert Lighthizer

Le forum annuel de l'AGOA (African Growth and Opportunity Act; Loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique) s'est ouvert mercredi à Lomé.

C'est donc parti pour les assises du 16e Forum de coopération commerciale et économique entre les Etats-Unis et l'Afrique subsaharienne (forum de l'AGOA).

Le lendemain, la cérémonie d'ouverture officielle des travaux aura lieu en présence du chef de l'Etat togolais, SEM Faure Essozimna Gnassingbé qui y prononcera un discours solennel.

- Sessions de discussions et panels animés par des experts africains et américains, consacrés sur le commerce, l'agriculture, les nouvelles technologies, la logistique, les infrastructures, les ressources financières, l'intégration régionale, les politiques et reformes commerciales.

Des visites, notamment celle de la "Foire made in Togo" qui met un coup de projecteur sur les produits togolais, sont également prévues. Cette grande rencontre internationale entre les Etats-Unis et les 38 pays d'Afrique subsaharienne membres de l'AGOA a pour objectif d'explorer comment les pays peuvent continuer à maximiser les avantages de l'AGOA dans un paysage en rapide évolution économique et capitaliser sur le rôle important joué par les femmes, la société civile et le secteur privé dans la promotion du commerce, l'expansion de la croissance économique inclusive et durable et la prospérité.

Selon lui, les sessions du forum secteur privé et de la Société Civile constituent des cadres de discussions par excellence pour lever les goulots d'étranglement observés dans la mise en œuvre de cet accord de partenariat entre les Etats-Unis d'Amérique et les pays éligibles de l'Afrique subsaharienne.

Rappelons que l'AGOA est une loi américaine dont le but est de soutenir l'économie des pays africains en leur facilitant l'accès au marché américain sur les principes de l'économie libérale.

Il a été promulgué sous forme de loi en mai 2000 par le Congrès américain sous l'égide du président Bill Clinton. La réintégration de la Côte d'Ivoire parmi les pays éligible à l'AGOA a permis entreprises exportatrices de gagner en compétitivité sur le marché, de répondre aux exigences de performances, de bénéficier de partenariats avec des structures américaines et d'obtenir des exonérations de droits de douane et de quota auprès de 6 400 produits.

Dernières nouvelles