CAN 2019: le torchon brûle entre la CAF et le Cameroun

Cameroun – CAN 2019/Issa Tchiroma Je réitère le ferme engagement du Cameroun d’organiser la CAN 2019

Acharnement contre le Cameroun : Tombi A Roko rejoint Abdouraman Hamadou

La presse camerounaise, dans ses multiples titres parus jeudi, semblait ne pas encore digérer la récente sortie du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, quant à l'incapacité du pays à organiser la 32ème édition de la Coupe continentale de la discipline (CAN) en 2019.

Puis Issa Hayatou de dresser un parallèle entre le cas du Cameroun et celui de Madagascar, en janvier dernier. " Même si on a le rapport que le Cameroun est incapable d'abriter la CAN, on va ouvrir un appel d'offres". Après la Fédération camerounaise, l'ancien président de la Caf, le Camerounais Issa Hayatou, a lui aussi répondu aux propos de son successeur.

"Vous savez depuis que je suis partie de la CAF, je me suis reservé d'émettre un avis en direction de la Confédération Africaine de Football". Je n'ai jamais ouvert ma bouche pour parler de ça. Joint par la VOA Afrique depuis Yaoundé, "Je regrette ce qu'il a dit ", a déclaré le patriarche de la Caf à notre confrère Emmanuel Jules Ntap. "Il faut venir d'abord constater avant de sortir ce qu'il (Ahmad) a sorti". A l'heure actuelle, le Cameroun a déjà cinq stades, on ne parle pas de ceux qui sont en train d'être construits. Membre du comité exécutif de la CAF, 3e vice-président et président de la Commission des finances, Faouzi Lakjaâ, s'est positionné comme l'homme capable de faire basculer la situation et chiper l'organisation de la CAN 2019 au Cameroun. Ce qui fait dire à bon nombre d'observateurs qu'Ahmad Ahmad se rétracte face à la riposte camerounaise. "Ce n'est pas possible". Et donc un retour de "cadeau" est bien attendu d'autant que le même président de la CAF a demandé au Maroc d'organiser la dernière réunion du Bureau exécutif de son instance. "Quand nous avons décidé de retirer cette compétition à Madagascar, nous étions à quatre mois de la compétition" a justifié l'ancien président de la Caf, s'expliquant sur le retrait de la Can/U-17 à Madagascar au profit du Gabon. Et là il n' y a même pas d'inspection, et on dit qu'il n'y a rien. "À plus forte raison que la CAF a repoussé la compétition de six mois", a-t-il ironisé.

Il n'est pas obligé de faire ce que j'ai toujours fait pendant 29 ans, mais il est au moins obligé de rester près de la logique et de la loi.
Maintenant, c'est un cabinet d'audit de renom accepté par tout le monde qui assure cette visite d'inspection avec des experts en football. "Ça ne veut rien dire".

Dernières nouvelles