Fipronil dans les œufs : "le " risque sanitaire très faible

Quinze pays ainsi que la Suisse sont déjà affectés par cette contamination de millions d'oeufs dans l'Union européenne

Quinze pays ainsi que la Suisse sont déjà affectés par cette contamination de millions d'oeufs dans l'Union européenne. Image Keystone

"L'avis que rend l'Anses [.] conforte ce que j'avais pu indiquer mercredi, à savoir que le risque pour la santé humaine est très faible au vu des niveaux de fibronil constatés dans les oeufs contaminés mais aussi au vu des habitudes alimentaires françaises", a avancé le ministre.

L'Anses a publié, ce vendredi, son rapport d'expertise sur l'évaluation des risques liés à la consommation d'oeufs contaminés au fipronil, un antiparasitaire utilisé dans des médicaments vétérinaires. Cette substance est autorisée dans les traitements réservés aux animaux de compagnie, mais interdite pour les animaux d'élevage dont les produits sont destinés à la consommation humaine.

"Sur cette base, la quantité maximale d'œufs pouvant être consommés varie de un (pour un enfant de 1 à 3 ans) à dix par jour (pour un adulte) " a calculé l'agence.

Le 20 juillet dernier, les autorités belges ont informé la Commission européenne de la présence du fipronil dans des œufs et des viandes de volailles pondeuses provenant de ces deux pays.

En outre, "l'exposition répétée au fipronil n'a pas non plus montré d'effets préoccupants, seulement des signes locaux bénins " note l'ANSES. Mais " ce type d'effet n'a pas été observé dans les cas d'ingestion directe accidentelle de produit à base de fipronil recueillis par les centres antipoison français dans le cadre de la toxicovigilance ". Généralement, le fipronil peut causer des convulsions mais aussi des troubles digestifs, y compris chez l'enfant. A l'international, des cas de convulsions liés à ce produit n'ont été enregistrés qu'en cas d'ingestions en grandes quantités.

Dans le Nord - Pas-de-Calais, des œufs contaminés ont été détectés à Ovo services, situé à Roncq (Nord), et à Sovimo, à Vimy (Pas-de-Calais).

L'Agence poursuit tout de même ses investigations dans les élevages français et étrangers concernés. Un deuxième lot, venant des Pays-Pas, portant le code 0 NL 43651-01 (environ 48000 œufs) mis en vente entre le 19 et le 28 juillet a également été identifié. Le distributeur, LEADER PRICE, a procédé au retrait des œufs encore en rayon dès qu'il a eu connaissance d'un risque de contamination. Ainsi, au vu de la concentration actuelle de fipronil dans les œufs contaminés, un adulte de 70 kg peut en consommer jusqu'à 10, en une journée, et rester en dessous de la valeur toxicologique de référence aiguë. Les niveaux de contamination effectifs ne présentent pas de risque pour les consommateurs.

A l'origine de cette affaire, l'utilisation frauduleuse de l'insecticide pour traiter des poux rouges des poules dans des élevages des Pays-Bas et de Belgique.

"Tous les produits contenant des oeufs issus des élevages contaminés seront retirés du marché dans l'attente de résultats d'analyses", a annoncé Stéphane Travert, ajoutant que ces aliments "seront remis sur le marché en cas de résultat favorable".

Dernières nouvelles