Le soldat Elor Azaria entre en prison militaire a Tzrifine

Le soldat franco-israélien Elor Azaria, entre ses parents Oshra et Charlie, devant des juges le 30 juillet 2017 à Tel Aviv

Le soldat franco-israélien Elor Azaria, entre ses parents Oshra et Charlie, devant des juges le 30 juillet 2017 à Tel Aviv

Le soldat a fait le trajet de sa caserne à la base de Tzrifin, près de Rishon Letsion, en voiture, accompagné de ses proches eux aussi en voiture et arborant le drapeau israélien. "Au bout du compte, je rentre en prison la tête haute", disait-il à ses supporteurs la semaine passée dans une vidéo sur les réseaux sociaux.

Membre d'une unité paramédicale, il avait été filmé le 24 mars 2016 par un militant propalestinien alors qu'il tirait une balle dans la tête d'Abdel Fattah al-Sharif à Hébron, en Cisjordanie occupée.

Avec le rejet de cette demande de report, Azaria devrait entamer sa peine de 18 mois d'incarcération dans une prison militaire demain matin. Le soldat a justifié son geste en expliquant que le palestinien blessé, qui venait d'attaquer son groupe au couteau, pouvait avoir dissimilé une ceinture d'explosifs sous ses vêtements. "Je n'aurais pas tiré si j'avais su que le terroriste ne portait pas de bombe", disait-il néanmoins la semaine passée dans sa déclaration.

De nombreuses journalistes ainsi que des soutiens du jeune homme étaient présents pour son arrivée en prison qui a été diffusée en direct à la télévision.

De nombreux politiciens, à commencer par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, se sont prononcés pour que le soldat soit gracié. Le procès permettait à l'état-major une démonstration de moralité, face aux accusations régulières d'exécutions sommaires.

Elor Azaria encourait 20 ans de prison.

Le franco-israélien a formulé une demande, qui doit encore être examinée, de commuer sa peine en travail d'intérêt général, pour pouvoir, selon lui, "reconstruire [sa] vie et la vie de [sa] famille, et recoller les morceaux". Le soldat peut aussi demander sa grâce au président Reouven Rivlin.

Dernières nouvelles