Des milliers d'œufs contaminés ont été vendus en France — Fipronil

Oeufs contaminés

Des milliers d'œufs contaminés ont été vendus en France — Fipronil

La Commission européenne a demandé la tenue d'une réunion au niveau ministériel pour discuter des conséquences de cette crise qui a nécessité le retrait des rayons de millions d'oeufs contaminés par l'insecticide potentiellement dangereux dans 15 pays membres de l'Union européenne, ainsi qu'n la Suisse et à Hong Kong.

Les autorités sanitaires nationales imposent aux producteurs de faire détruire les oeufs contaminés par une entreprise spécialisée.

" Nos inspecteurs poursuivent les contrôles dans les fermes avicoles à travers le pays", a-t-elle ajouté. L'autorité sanitaire-vétérinaire roumaine (ANSVSA) a de son côté trouvé dans un entrepôt de l'ouest du pays une tonne de jaunes d'œufs contaminés au Fipronil, en provenance d'Allemagne.

Pour la première fois, des arrestations ont eu lieu hier dans cette affaire, aux Pays-Bas. L'enquête pénale conduite par le NVWA sous l'autorité du parquet néerlandais, en collaboration avec la justice belge, sur le rôle d'entreprises et de fournisseurs dans l'introduction du fipronil au sein des élevages des Pays-Bas est encore en cours, a fait savoir Tjitte Mastenbroek.

En cause, l'utilisation du fipronil, un antiparasite pourtant strictement interdit dans les élevages de poules, par des sociétés de désinfection intervenant dans des exploitations agricoles aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne. Mais il réfute toujours toute accusation de négligence. Les faibles concentrations mesurées dans les oeufs contaminés rendent toutefois le risque d'empoisonnement très faible.

Le scandale avait démarré de façon retentissante la semaine dernière par le retrait de millions d'œufs des supermarchés allemands et néerlandais. Si la Belgique a procédé à des retraits préventifs et discrets dès le mois de juillet, l'Allemagne estime qu'au moins trois millions d'oeufs contaminés lui ont été livrés par les Pays-Bas.

La Belgique et les Pays-Bas, où la contamination s'est produite, sont mobilisés pour en trouver les responsables: les enquêtes menées dans ces deux pays se sont accélérées jeudi, menant à l'arrestation de deux dirigeants d'une entreprise néerlandaise qui a vraisemblablement appliqué le produit dans des poulaillers, lors d'un traitement contre le pou rouge.

En grande quantité, il est considéré comme " modérément toxique " pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), présentant notamment un danger pour les reins, le foie et la thyroïde. L'utilisation du fipronil est interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l'UE, mais reste courante dans de nombreux produits antiparasitaires pour animaux de compagnie et dans des produits à usage domestique, comme les anti-termites ou les anti-fourmis. Il a nommé 13 autres pays qui ont reçu des produits provenant de ces pays.

Une exposition au Fipronil peut causer des nausées, des vomissements, des maux de tête et des étourdissements. Des "symptômes d'un système qui essaie partout de réduire les coûts pour maximiser les profits au détriment de la santé publique et de l'environnement", s'est insurgé Davin Hutchins dans un communiqué.

Pendant ce temps, la Belgique et les Pays-Bas ont lancé une collaboration judiciaire.

Et le Royaume-Uni, qui avait jusque-là affirmé n'être que marginalement touché, a reconnu jeudi que 700.000 œufs contaminés avaient été importés pour être utilisés dans la fabrication de produits alimentaires.

Dernières nouvelles