Kenya : manifestations violentes après la publication des résultats de l'élection présidentielle

L'opposition kenyane proclame Odinga président

Le Kenya sous tension avant la proclamation du résultat électoral

Le nouveau président les a appelés aussitôt à développer le pays avec lui tout en appelant au calme lors d'un discours s'adressant à la Nation.

L'Union africaine, l'Union européenne, les Etats-Unis et les observateurs ont lancé un appel à l'opposition, l'exhortant à faire usage des recours constitutionnels et non à la violence.

James Orengo, un proche d'Odinga, a jugé que le processus électoral était une " farce ".

La coalition d'opposition Nasa a évoqué dans un premier temps un piratage informatique et a affirmé jeudi détenir la preuve, sur la foi de sources internes à l'IEBC, que Raila Odinga avait gagné. Il a fallu attendre le coup de 21 h 45 pour que le verdict tombe; le président kenyan Uhuru Kenyatta a été élu pour un deuxième mandat de cinq ans, en obtenant 54,27 % des voix, contre 44,74 % à son principal opposant Raila Odinga, a annoncé vendredi la commission électorale. " Pour nous, saisir la justice n'est pas une alternative".

Des émeutes, accompagnées de scènes de pillage, ont été observées dans le bidonville de Kibera un bastion de l'opposition à Nairobi. " Chaque fois qu'une élection a été volée, le peuple kenyan s'est levé pour faire en sorte que des changements interviennent afin de faire du Kenya un meilleur endroit".

Des tirs et des cris de manifestants se font entendre à Kisumu, un fief du candidat Raila Odinga de la Super alliance nationale (NASA), adversaire de M. Kenyatta. "Les gens veulent la justice", a-t-il ajouté.

La bonne tenue des élections générales de mardi a été unanimement saluées par la communauté internationale.

" Ils sont venus nous tuer comme en 2007 ", a déclaré un manifestant dans le bar d'un quartier de Nyalenda à Kisumu, où il avait trouvé refuge avec quelques personnes, après que la police eut ouvert le feu sur un groupe tentant de manifester. Le père de ce dernier, Jaramogi Oginga Odinga, fut brièvement vice-président, avant de perdre la lutte post-indépendance pour le pouvoir au profit du premier chef d'État Jomo Kenyatta, père d'Uhuru. De son côté, le président Kenyatta, issu de l'élite économique kikuyu, l'ethnie la plus nombreuse, a mis en avant le développement économique du pays, avec notamment la nouvelle ligne ferroviaire entre Nairobi et Mombasa.

Dix-neuf millions de Kényans étaient appelés à voter mardi, pour renouveler leur président, députés et élus locaux. M. Odinga a boycotté vendredi soir la cérémonie de publication des résultats des votes organisé à Nairobi.

Dernières nouvelles