Les options militaires "prêtes à l'emploi" (Trump) — Corée du Nord

Xi Jinping invite Trump à considérer une solution pacifique en Corée

Les options militaires "prêtes à l'emploi" (Trump) — Corée du Nord

C'est depuis son golf de Bedminster et durant ses vacances que Donald Trump a décidé de s'attaquer à la Corée du Nord ce 8 août.

Décidément, les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis ne sont pas prêtes de se calmer. Il n'a pas mâché ses mots pour dire que l'avertissement de Washington contre le régime de Kim Jong-un pourrait désormais être relevé d'un cran. Car d'après elle " seule la force absolue " aura un effet sur le président américain.

Ce petit bout de terre grand comme Ibiza, administré par le pays de l'Oncle Sam, abrite deux bases militaires américaines. Quelque 6000 soldats y sont stationnés, ainsi que quatre sous-marins nucléaires d'attaque, des bombardiers B-52 et des avions de chasse, qui participent régulièrement à des démonstrations de force près des côtes coréennes. Séoul -capitale sud-coréenne et gigantesque métropole densément peuplée par 10 millions d'habitants- est à seulement 55 kilomètres de la frontière, soit largement à portée de l'artillerie nord-coréenne canons ou missiles. Guam, située au cœur des îles Mariannes, n'est qu'à 3370 kilomètres de Pyongyang.

Selon les analystes, des tirs vers Guam placeraient Washington dans une position délicate: si les Etats-Unis ne tentaient pas de les intercepter, leur crédibilité en prendrait un coup et Pyongyang se sentirait pousser des ailes pour mener un test d'ICBM grandeur nature.

Le gouverneur de Guam, Eddie Calvo, ne panique pas pour autant.

Les Etats-Unis ont les moyens militaires de frapper les sites de production nucléaire et de stockage d'armements grâce à des bombes capables de pénétrer des installations y compris enterrées en profondeur et protégées par d'épaisses couches de béton armé. "Nous sommes prêts à toute éventualité, plus que toute autre communauté américaine", a-t-il déclaré jeudi. Le Japon, qui a averti par le passé qu'il abattrait tout missile menaçant son territoire, a réaffirmé qu'il ne " tolérera jamais les provocations " du pays reclus. Depuis plusieurs mois déjà, la tension est grandissante entre Pyongyang et Washington.

Pour les habitants de Guam, qui naissent Américains, mais avec des droits limités du fait du statut particulier de l'île, la présence de l'armée représente leur principale ressource financière, avec le tourisme. Celui de son fils ne fait par contre plus rire personne aujourd'hui.

A l'époque, personne ne prenait vraiment le régime de feu Kim Jong-il au sérieux.

Ce plan visant un avant-poste stratégique des forces américaines sur la route de l'Asie, constituera "un avertissement crucial aux Etats-Unis", a prévenu la Corée du Nord.

Dernières nouvelles