Avion sans pilote en approche ?

Un cockpit d’avion. Crédit image: Paul Hudson

Un cockpit d’avion. Crédit image: Paul Hudson

Restera à convaincre les passagers.

Une nouvelle étude établie par la banque suisse UBS et rapportée par The Verge vient leur donner raison: le pilotage entièrement automatisé ferait économiser quelque 30 milliards de d'euros par année. Pour lui, l'autonomie complète d'un vol commercial n'est pas envisageable avant 2050.

Parmi les salariés d'une compagnie aérienne les pilotes sont ceux qui, le plus souvent, coutent le plus cher. Et la banque avance des chiffres pour les compagnies aériennes qui "conserveraient tous les avantages des pilotes sans avions ": les bénéfices opérationnels pourraient selon elle avantager Air France-KLM (+50%), la low cost easyJet (+60%), China Eastern Airlines (+80%), Thai Airways (+90%), United Airlines (+100%) voire American Airlines (+200%). "Avec des avancées technologiques majeures et des coûts plus faibles, Airbus et Boeing amélioreraient l'attractivité de leurs futures flottes", d'après les conclusions de l'étude. Les compagnies cargo telles que FedEx et UPS pourraient y gagner jusqu'à 1 milliard de dollars.

Les avions sans pilotes seront toutefois une réalité, tôt ou tard. Cette même étude indique que la moitié des personnes interrogées n'achèteraient pas un billet d'avion à un tarif moins élevé s'il était sans pilote. De même que les 18-34 ans sont la tranche d'âge la plus intriguée.

Autre problème dévoilé par UBS, les avions sans pilotes n'auraient qu'un impact minime sur le prix du billet d'avion: environ 4% de baisse en Europe et 11% de baisse aux Etats-Unis. Des appareils autonomes consommeront également moins de kérosène.

Réduire l'intervention humaine sur les avions permettrait de faire des économies et d'améliorer la sécurité.

Des avions sans pilote dans les cockpits, une idée qui prend de plus en plus de hauteur.

Les pilotes d'avions condamnés à court terme?

Les tenants des transports sans pilotes citeront de leur côté le développement des métros et trains automatiques, déjà en place, et l'arrivée des voitures et navettes autonomes comme autant de raisons pour que l'aviation suive le mouvement - sans oublier la longue expérience des drones militaires, manœuvrés par des pilotes au sol...

Dernières nouvelles