Les menaces de Pyongyang doperont-elles le tourisme à Guam?

Reuters

Reuters

Guam détient donc le statut de "territoire non incorporé organisé des Etats-Unis", à l'instar de Porto Rico ou des îles Vierges américaines.

Le Président américain Donal Trump a promis mardi "le feu et la colère" à Pyongyang s'il menaçait de nouveau son pays.

Mais ce n'est toutefois pas la première fois que l'île de Guam est cible de menaces émanant de Pyongyang. "Les solutions militaires sont maintenant complètement en place et prêtes à l'emploi si la Corée du Nord se comporte de manière imprudente", a-t-il déclaré sur son compte Twitter. Une attaque contre Guam est une attaque contre les États-Unis.

D'une petite superficie de 550 km2 située dans l'ouest de l'océan Pacifique, elle est le territoire américain le plus éloignée du continent et utilisée comme base militaire stratégique. Ils s'écraseront alors en mer, à 30 ou 40 kilomètres de Guam, de façon à s'abattre à l'extérieur des eaux territoriales américaines. Et les tensions ne se sont jamais apaisées entre les deux pays depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. Quelque 6000 soldats y sont stationnés, ainsi que quatre sous-marins nucléaires d'attaque, des bombardiers B-52 et des avions de chasse, qui participent régulièrement à des démonstrations de force près des côtes coréennes. Jeudi 10 août, le régime nord-coréen a détaillé son projet, consistant à faire usage de quatre missiles au-dessus du Japon. Et selon un rapport confidentiel de l'agence américaine de renseignements militaires révélé cette semaine par le Washington Post, le régime communiste aurait réussi à miniaturiser ses têtes nucléaires pour les placer sur les missiles en question. Le républicain Eddie Calvo occupe depuis 2011 la fonction de gouverneur. Guam dispose en effet du bouclier antimissile américain Thaad (Terminal High Altitude Area Defense), conçu pour détruire les missiles balistiques de courte et moyenne portée. Ils ne peuvent pas participer aux élections américaines et le seul représentant de l'île au Congrès n'a pas le droit de vote sur les propositions de loi. En 2016, plus de 1,5 million de personnes, dont une immense majorité de Japonais et de Sud-Coréens, ont visité l'île. "Kim Jong-un va en revanche tout faire pour obtenir ce qu'il veut: la reconnaissance par les Etats-Unis de la Corée du Nord en tant que puissance nucléaire".

Dernières nouvelles