USA-Corée du Nord: l'opinion publique suit le président Donald Trump

Donald Trump à Bedminster dans le New Jersey aux États-Unis le 8 août 2017

Donald Trump à Bedminster dans le New Jersey aux États-Unis le 8 août 2017 Crédit: NICHOLAS KAMM AFP

Si le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un profère de nouvelles menaces ou entreprend des actions contre les États-Unis, il le regrettera très vite, a déclaré vendredi le Président américain Donald Trump.

Son attitude ne contribue-t-elle pas à faire monter la tension à un niveau dangereux?

M. Trump a balayé ces propos d'un revers de manche, estimant que Mme Merkel parlait seulement pour son pays.

A Moscou, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s'est dit "très inquiet" des risques de conflit "très élevés" entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. "Tout le monde parle de Guam et de vous maintenant", a-t-il poursuivi. "Peut-être qu'elle parle de l'Allemagne".

Un responsable de la Maison Blanche a toutefois indiqué qu'il ne fallait pas voir dans les propos du milliardaire le signe d'une action militaire imminente.

L'arme nucléaire existe, c'est une donnée malheureusement incontestable, et elle est aujourd'hui à (.)lire la suite sur AtlanticoCrise entre les Etats-Unis et la Corée du Nord: Emmanuel Macron appelle à prévenir toute escalade des tensionsNouvelle crise des missiles: mais où en est la France en matière de dissuasion nucléaire et que doit-elle apprendre du cas nord-coréen? "Il n'y a rien de nouveau", a-t-il dit sous couvert d'anonymat. Pour protéger le terrain des missiles à moyenne portée de Kim Jong-Un, les Etats-Unis ont déployé un bouclier anti-missiles, le THAAD, qui peut intercepter les lanceurs à haute altitude.

"M. le Président, en tant que gouverneur de Guam, représentant du peuple guamien, et en tant que citoyen américain, je ne me suis jamais senti aussi en sécurité et confiant qu'avec vous aux commandes", a déclaré le gouverneur. Voici la situation de ce petit territoire américain du Pacifique, visé par la Corée du Nord.

Selon les analystes, des tirs vers Guam placeraient Washington dans une position délicate: si les Etats-Unis ne tentaient pas de les intercepter, leur crédibilité en prendrait un coup et Pyongyang se sentirait pousser des ailes pour mener un test de missile intercontinental (ICBM) grandeur nature.

Dernières nouvelles