Servier et l'Agence du médicament renvoyés en justice — Médiator

Maître Martine Verdier avocat au barreau d'Orléans. Conseil des des victimes du médiator médicament du groupe Servier

Maître Martine Verdier avocat au barreau d'Orléans. Conseil des des victimes du médiator médicament du groupe Servier

Les laboratoires Servier et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ont en effet été renvoyés en correctionnelle dans l'affaire du Mediator, selon une source judiciaire citée par l'AFP, confirmant une information de France Inter.

Conformément aux réquisitions du parquet, les juges ont ordonné le 30 août le renvoi en correctionnelle du groupe pharmaceutique pour "tromperie aggravée, escroquerie, blessures et homicides involontaires et trafic d'influence", a indiqué cette source à l'AFP.

Pour l'ANSM, le réquisitoire définitif du parquet, long de 597 pages, portait sur le volet blessures et homicides involontaires de l'affaire.

Au total, 14 personnes physiques et onze personnes morales, dont le groupe pharmaceutique et l'agence du médicament, comparaîtront lors du procès.

D'abord destiné aux diabétiques puis prescrit comme coupe-faim, le Médiator, consommé par près de 5 millions de personnes, aurait pu provoquer la mort de 1000 à 2000 d'entre elles.

Les doutes sur son utilité médicale et les soupçons sur sa nocivité étaient connus depuis la fin des années 1990.

Dernières nouvelles