L'Espagne inflige une amende de 1,2 million d'euros à Facebook

L'agence espagnole de protection des données a annoncé ce lundi avoir infligé à Facebook une amende de 1,2 million d'euros

L'agence espagnole de protection des données a annoncé ce lundi avoir infligé à Facebook une amende de 1,2 million d'euros. | Reuters

Facebook est de nouveau épinglé: le réseau social a écopé lundi d'une amende de 1,2 million d'euros en Espagne pour ses manquements répétés à la loi sur la protection des données.

La somme n'est pas colossale, mais elle a le mérite doublement symbolique de dépasser, le million d'euros - et d'envoyer un signal fort aux géants américains de l'Internet tout autant qu'aux autres pays européens. L'AFP a cherché à joindre Facebook en Espagne, sans succès. Motif: avoir collecté des informations sur les usagers sans avoir recueilli clairement leur consentement.

Facebook dispose d'un délai de 2 mois pour contester la sanction.

"Le réseau social utilise des données spécifiquement protégées à des fins publicitaires, parmi d'autres objectifs, sans obtenir de consentement explicite comme l'exige la législation sur la protection des données, une grave violation". Ces recettes atteignent désormais les 9,2 milliards de dollars.

Facebook tire ainsi des informations des interactions entre usagers, mais aussi de leurs parcours sur le web.

L'enquête de l'AEPD a aussi permis de constater que le réseau social n'informait pas ses usagers de manière "exhaustive et claire" sur "les données qu'il va collecter et le traitement qui en sera fait, se bornant à donner quelques exemples".

C'est le cas quand ils visitent des pages hors Facebook offrant la possibilité de cocher "cela me plaît", ou, quand, sans être membres, ils se rendent sur la page d'un membre.

Troisième reproche enfin, Facebook n'élimine pas les données collectées, même si la personne a fermé son compte et demande que ses données soient effacées, et les conserve pendant plus de 17 mois grâce au "cookie".

Dernières nouvelles