Irma: Macron critiqué à Saint-Martin, au chevet de Saint-Barthélemy

L'ouragan de catégorie 5 Irma vu en approche de Porto Rico par un satellite de la Nasa le 6 septembre 2017

José, Katia et Irma: trois ouragans qui sévissent en même temps dans l'océan Atlantique

Emmanuel Macron est attendu mardi dans la partie française de Saint-Martin puis à Saint-Barthélémy, deux îles dévastées par l'ouragan Irma, afin d'ouvrir la voie à la reconstruction de ces territoires des Antilles françaises. Plus de 1350 agents de l'Etat sont mobilisés pour rétablir une situation normale "le plus vite possible", a dit le chef de l'Etat depuis Pointe-à-Pitre en Guadeloupe.

L'ouragan Irma a été rétrogradé d'un cran au petit matin ce vendredi, en catégorie 4 sur une échelle de cinq, avec des vents qui soufflaient tout de même à 240 km/h. Demandée par plusieurs politiques, une commission d'enquête parlementaire sera "volontiers acceptée", a fait savoir ce lundi le ministre de l'Intérieur. Un seau d'eau également.

En matière de sécurité, le chef de l'Etat a condamné des "débordements inacceptables" après la catastrophe et annoncé un "retour à l'ordre public". "Ça va être une épidémie, on ne peut pas nettoyer, on n'a pas les moyens", dénonce une habitante près de Marigot, principale ville de la partie française de l'île de Saint-Martin, dans une interview diffusée ce lundi 11 septembre sur France Inter. Selon les premières estimations, au moins trois mois seront nécessaires pour reconstruire les systèmes de distribution d'eau potable notamment.

Le Tonnerre, l'un des plus grands navires de la marine française avec ses 199 mètres de long, a appareillé mercredi de Toulon pour rallier les Antilles en une douzaine de jours, a annoncé le ministère de la Défense dans un communiqué. Le Premier ministre a lui garanti la "mobilisation totale" de l'exécutif.

Un délégué interministériel a été nommé pour assurer la coordination de la reconstruction. "Je bousculerai toutes les normes et toutes les procédures, pour que son travail se fasse dans les meilleurs délais", a déclaré M. Macron.

Les ponts aériens et maritimes ont repris pour évacuer les personnes les plus vulnérables et acheminer du fret et des vivres (85 tonnes de nourriture, un million de litres d'eau et 2,2 tonnes de médicaments déjà acheminés).

Des distributions alimentaires ont eu lieu, parfois dans la douleur. Il a atterri à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe où il a rencontré plusieurs élus.

Dernières nouvelles