Le pétrole soutenu par la réduction de la production de l'Opep

Le pétrole recule en Europe

Le Brent ouvre la semaine à plus de 53 dollars à Londres

L'attention du marché s'est aussi tournée mardi vers le rapport mensuel de l'Opep, dont la production totale a atteint 32,755 millions de barils par jour (mbj) en août, soit un peu moins que les 32,834 millions de barils extraits en juillet. Le précédent rapport signalait au contraire un surplus de 450.000 bpj de l'offre par rapport à la demande.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'octobre progressait de 27 cents à 47,75 dollars.

Vers 10H35 GMT (12H35 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 53,51 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 27 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Ce recul est principalement dû à une chute de la production libyenne de 112.300 barils par jour, alors que des affrontements armés ont empêché le pays d'extraire du pétrole le mois dernier. "Ce dernier doit durer jusqu'en mars 2018, et l'Arabie saoudite indique déjà être prête à le renouveler", commente David Madden, analyste chez CMC Markets. L'Opep publiera son rapport mensuel sur la production mondiale à la mi-journée de mardi.

A plus court terme, les marchés observeront mercredi les données hebdomadaires sur les réserves des Etats-Unis publiées par le Département américain de l'Energie (DoE). Du côté des Etats-Unis, "Si la tempête Harvey avait fait grimper le prix du brut en immobilisant les raffineries, on ne peut pas dire la même chose d'Irma, qui est passé sur la Floride et la Géorgie en coupant l'électricité de 7 millions de foyers", ont noté des analystes qui craignent par conséquent une baisse de la demande.

Les réserves américaines de brut pourraient avoir augmenté de 4,16 millions de barils tandis que celles d'essence auraient baissé de 2,25 millions de barils et celles de produits distillés de 1,95 million de barils, selon la médiane d'un consensus compilé par l'agence Bloomberg.

Dernières nouvelles