Trump affirme qu'une action militaire contre Pyongyang n'est pas inéluctable

Corée du Nord: une action militaire n'est pas le

Donald Trump et Xi Jinping le 7 avril 2017 en Floride

Mais il ne l'exclut pas: "Une action militaire serait certainement une option".

Suite aux critiques émises par la France au sujet des ambitions nucléaires de la Corée du Nord, Pyongyang a proposé à Paris de commencer par abandonner son propre programme nucléaire...

Donald Trump, qui laisse planer la menace de frappes préventives depuis qu'il a promis de répondre par " le feu et la colère " aux " provocations " nord-coréennes, s'est entretenu hier au téléphone avec son homologue chinois Xi Jinping. Ce week-end, le régime nord-coréen a de nouveau célébré l'essai nucléaire du début du mois. "Une action militaire " n'est certainement pas notre premier choix ", a-t-il dit". Il ne veut pas de ce qui est en train de se passer là-bas non plus. "Si nous le faisons, ce sera un jour très triste pour la Corée du Nord", a-t-il poursuivi.

"Les récentes mesures d'autodéfense prises par mon pays, la RPDC (République populaire démocratique de Corée, nom officiel de la Corée du Nord, ndlr), sont un paquet cadeau adressé à personne d'autre que les États-Unis", a déclaré l'ambassadeur à l'ONU à Genève, Han Tae Song. Washington réclame en outre le gel des avoirs à l'étranger de son dirigeant Kim Jong-un et une interdiction de voyager. Les Etats-Unis projettent de présenter le texte au vote lundi. Dimanche dernier, la Corée du Nord a annoncé avoir procédé "avec un succès parfait", à l'essai souterrain d'une bombe à hydrogène capable d'être transportée par un missile balistique intercontinental. Mais face à la presse, Vladimir Poutine a répété qu'il était " impossible de régler les problèmes de la péninsule coréenne uniquement par des sanctions et des pressions ".

Dernières nouvelles