Pétrole : l'AIE relève sa prévision de croissance de la demande

AIE: hausse

Le pétrole ouvre en hausse à New York

La demande de la part des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a été "très forte", explique l'Agence dans son rapport mensuel sur le marché du pétrole publié mercredi. Cette déclaration de l'AIE a éclipsé dans l'esprit des investisseurs la hausse beaucoup plus forte que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis en conséquence du passage de l'ouragan Harvey sur le golfe du Mexique, qui a provisoirement mis à l'arrêt de nombreuses raffineries en début de mois.

S'agissant des pays hors-Opep, la production de pétrole a baissé de 320 000 barils par jour en août.

L'AIE anticipe ainsi une progression de la demande de 1,6 million de barils par jour (mbj) pour atteindre 97,7 mbj en 2017, soit 0,1 mbj de plus que lors de la précédente estimation en août.

"La croissance mondiale (de la demande) devrait ralentir au troisième trimestre en raison de l'impact des ouragans sur la demande américaine de pétrole avant de rebondir au quatrième trimestre", prévoit-elle toutefois.

Elle note par ailleurs que la production mondiale a reculé de 720.000 barils par jour en août et pour la première fois depuis avril. Selon le dernier rapport de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole le prix du panier de référence Opec a gagné plus de 6% au cours du mois d'août.Le Sahara Blend, nom de référence du baril de pétrole algérien, a bondi de 7 % au cours de la même période.

Les violences en Libye y ont perturbé la production, tandis que d'autres pays membres du cartel ont pompé volontairement moins de pétrole. "Les marchés ont poussé un soupir de soulagement en voyant l'Opep enfin ralentir sa production, qui augmentait depuis mars", ont indiqué les analystes de PVM.

Ces prévisions ont eu un effet sensible sur les cours du baril.

"Les marchés pétroliers ont commencé à se rééquilibrer", estime l'Agence, qui note la présence de "fondamentaux plus fermes". Mais la production mondiale a aussi été affectée par d'autres événements comme l'ouragan Harvey.

Quant aux stocks commerciaux, qui augmentent habituellement à ce moment de l'année, ils sont restés stables dans les pays développés. Marzouk s'attend au retour, d'ici à la fin de 2017, à un équilibre entre l'offre et la demande mondiale de brut après des années d'excédents, qui ont fait plonger les cours.

Dernières nouvelles