Le siège du fabricant perquisitionné à Lyon — Levothyrox

Les trois millions de Français utilisant le Levothyrox

Les trois millions de Français utilisant le Levothyrox

L'ancienne version du Levothyrox était de nouveau disponible lundi, mais en quantité très limitée, au risque de provoquer une pénurie.

Ce mardi, une perquisition a été menée au siège français, à Lyon, du laboratoire allemand Merck, a-t-on appris selon des sources proches de l'enquête. Le Levothyrox est censé réguler les déficiences de la thyroïde. En parallèle, une enquête pour "tromperie aggravée" et "atteintes volontaires à l'intégrité physique et mise en danger d'autrui" a été lancée par le parquet de Marseille.

Ces investigations sont réalisées " sous la tutelle de deux magistrats de Marseille, dans les trois établissements du siège de Merck situés à Lyon et dans sa banlieue", a précisé à l'AFP le procureur de Marseille Xavier Tarabeux. Aucune audition ou garde à vue n'est prévue pour l'heure.

Merck est mis en cause depuis plusiseurs semaines pour la commercialisation d'une nouvelle formule du Lévothyrox, un médicament utilisé par 3 millions de patients soignés pour la thyroïde.

Dernières nouvelles