Macron dégaine ses ordonnances — Rémunération des agriculteurs

Agrodistribution

Agrodistribution

Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé mercredi une loi visant à rééquilibrer les contrats entre agriculteurs, industriels et distributeurs, pour mieux rémunérer les paysans.

Les annonces du président ont suscité l'enthousiasme de Michel-Édouard Leclerc.

" Premier sentiment: un grand soulagement", a réagi M. Leclerc sur son blog.

Le patron des supermarchés Leclerc, qui avait agacé les agriculteurs tout comme ses concurrents en mettant en garde contre une hausse générale des prix à l'issue des États généraux, s'est félicité de voir Emmanuel Macron exiger une transformation générale du secteur agricole.

Le chef de l'Etat a présenté ce mercredi, à Rungis, ses premières mesures en faveur d'un rééquilibrage de la filière agricole, à l'occasion d'un point d'étape sur les Etats généraux de l'Alimentation. L'Elysée a déjà fait part de sa volonté politique d'augmenter le revenu des agriculteurs et d'éviter au maximum une nouvelle guerre des prix dans la grande distribution qui pousse les enseignes à mettre la pression sur leurs fournisseurs.

Pas d'opposition de fond non plus au fait que les filières, c'est-à-dire les interprofessions actuelles auxquelles on intégrera la grande distribution, ou encore les OP très regroupées, soient beaucoup plus forte qu'actuellement.

La FCD a salué "la réforme de la contractualisation, le relèvement du SRP (seuil de revente à perte) et l'encadrement des promotions", souhaitant que "l'ordonnance prévue intervienne le plus vite possible début 2018".

Elle s'est félicitée de la reprise par le chef de l'État d'un "certain nombre" de propositions formulées par les ateliers des états généraux. "Nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix, qui partira du coût de production" a-t-il annoncé.

Elle est en revanche plus sévère sur la forme, jugeant M. Macron, "approximatif, voire caricatural" et même "donneur de leçons", notamment "sur les marchés qui ne marchent pas, des gens qui devraient arrêter parce que leur modèle ne marche pas".

Dernières nouvelles