Un tiers des avis d'internautes sont bidon — Consommation

Le tout en se faisant passer pour un consommateur lambda. Dans un contexte où les chiffres du e-commerce continuent de croître, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) alarme contre les faux avis de consommateurs sur les plateformes numériques.

Ce taux de non-conformité s'expliquerait "en grande partie par la présence récurrente de pratiques commerciales trompeuses", souligne le rapport. Des commentaires en ligne peuvent tromper les consommateurs et fausser la concurrence. Observées depuis 2010 par la DGCCRF, ces pratiques ont été repérées "en particulier dans le secteur de l'hôtellerie, dans certains organismes de formation mais aussi dans les services entre particuliers". En tout, 17 avertissements ont été transmis et 6 procès-verbaux ont été dressés. Baptisée NF Z74-501, elle ne vise pourtant qu'à assurer aux consommateurs le fait que les avis soient ceux "d'auteurs authentifiés" et qu'ils ne soient pas modifiés par l'entreprise. Certains gestionnaires d'avis en ligne déforment la signification de cette norme, qui permet uniquement de certifier le processus de collecte, de modération et de restitution des avis. Celles-ci se traduisent le plus souvent par la rédaction de la part des professionnels eux-mêmes d'avis favorables sur leur propre entreprise. Elle a indiqué par ailleurs que l'enquête serait prolongée pour pouvoir faire face à "la récurrence des pratiques des faux-avis de consommateurs" et que le cadre réglementaire avait d'ores et déjà été renforcé.

Pour plus d'informations sur le sujet, vous pouvez consulter l'article paru sur le site de la DGCCRF.

Dernières nouvelles