Les Etats-Unis se retirent de l'Unesco, l'organisation "regrette profondément"

Les Etats Unis conserveront néanmoins un statut d'observateur à l'Unesco

Les Etats Unis conserveront néanmoins un statut d'observateur à l'Unesco. | Reuters

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi qu'ils se retiraient de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), accusant l'institution d'être "anti-israélienne". Le département d'État américain a motivé cette décision par les arriérés de contribution de certains pays membres ainsi que par la nécessité de réformer cette organisation de l'Onu.

La décision entrera en vigueur le 31 décembre 2018. Les Etats-Unis, grand allié d'Israël, avaient déjà pris ses distances avec l'Unesco. Les États-Unis conserveront pourtant un statut d'observateur, a précisé la diplomatie américaine.

L'Unesco "regrette profondément" le retrait annoncé des Etats-Unis de l'institution. Washington avait prévenu début juillet de son intention de réexaminer ses liens avec l'Unesco après sa décision de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie occupée, "zone protégée" du patrimoine mondial. "L'universalité est essentielle à la mission de l'UNESCO pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l'homme et de la dignité humaine", a-t-elle souligné dans un communiqué. L'Union européenne et ses États-membres en sont aujourd'hui le premier financeur (40% du budget).

Alors que cinq candidats restent en lice, après le retrait mercredi du représentant du Vietnam, Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari, 69 ans, et Audrey Azoulay, 45 ans, ont chacun recueilli 18 des 58 voix du conseil exécutif de l'Unesco, selon les résultats officiels.

Dernières nouvelles