"L'Etat du Sénégal ne respecte pas l'immunité parlementaire de Khalifa Sall" — Me Seydou Diagne

Libération de Khalifa Sall: Les femmes socialistes en conclave ce mercredi

«Les femmes » de Khalifa prient pour la malédiction de Macky Sall et Cie

Ensuite les violations en rapport à son arrestation avec les multiples violations de ses droits. On a saisi la cour de la CEDEAO mais aussi d'autres juridictions avec lesquelles le Sénégal a signé des traités.

Sur le plan judiciaire, les avocats de Khalifa Sall ont annoncé qu'ils ne comptent pas participer au procès de Khalifa Sall, procès qui serait une violation de la Constitution du Sénégal. Il ne peut même pas recevoir de visite. Ils veulent le juger alors qu'il est député et un député avec une immunité parlementaire ne doit pas être poursuivi. Il y'a eu des cas similaires de Oumar Sarr, Me Ousmane Ngom et de Barthélémy Dias qui ont tous été protégés par l'immunité parlementaire. "Quand, ils sont devenus députés, la justice a demandé à l'Assemblée nationale la levée de leur immunité parlementaire et leurs collègues s'étaient réunis pour voter cette levée d'immunité".

Les partisans de Khalifa Sall se sont enfin réveillés. "Ce sont juste des illustrations de violation sans rentrer dans le fond du dossier", souligne encore Me Seydou Diagne.

Sur sa lancée, l'adjointe de Khalifa Sall martèle "nous allons mettre en place différentes formes de lutte pour libérer Khalifa Sall qui est un otage politique". Khalifa Sall a été élu député par les Sénégalais, alors il doit bénéficier de ses droits de député mais aussi de son immunité parlementaire.

Dernières nouvelles