Des puces sous la peau des athlètes pour mieux les pister — Dopage

L'idée paraît invraisemblable, mais elle est sérieusement envisagée par l'Association mondiale des olympiens (WOA), une organisation née en 1994 et qui réunit d'anciens sportifs ayant participé aux Jeux olympiques.

Connaître en tout temps l'emplacement des athlètes sur le globe?

" Nous mettons des puces à nos chiens", a déclaré Mike Miller, le directeur général de la WOA, lors d'une conférence de presse mardi à Londres. Des propos rapportés mercredi par le quotidien britannique The Daily Telegraph. Un fantasme qui n'a plus rien d'irréel pour les acteurs de la lutte antidopage. "Je pense que, dans cette quête d'éradication du dopage, nous devons mettre des puces, munies des dernières avancées technologiques, sur nos athlètes". "Il y a des gens qui disent que c'est une atteinte à la vie privée; ma foi, le sport c'est un club, et les gens ne sont pas forcés de rejoindre le club s'ils ne le veulent pas, s'ils ne peuvent pas suivre les règles". Alors pourquoi ne pas mettre des puces sur nous-mêmes, plaide-t-il.

Dernières nouvelles